lordon_affects.jpgAu point où nous sommes parvenus – l’indispensable disjonction du travail et de la possibilité d’exister – et avant d’aborder le sujet suivant – l’abolition de l’économie –, qui lui est intimement lié, il me paraît nécessaire de revenir sur l’objection majeure à la critique radicale de l’emploi salarié. Cette critique d’ordre métaphysique revient en fait simplement à opposer à une disparition du travail, un désir de travailler qui nous habiterait quasi-ontologiquement et ferait du travail, sinon l’essence, tout au moins un élément déterminant de la réalisation de soi, par conséquent inattaquable et indépassable.

Il n’est pas question de nier ce « désir de travail ». Cette opinion qui le brandit est on ne peut plus sérieuse, car elle est profondément ancrée. Parlez avec n’importe qui de supprimer le travail, vous aurez toutes les chances de vous heurter soit à une incompréhension frisant l’horreur que vous ne touchiez là à l’inconcevable, soit à un refus catégorique débouchant sur une véritable déclaration d’amour envers le travail. C’est bel et bien là l’une des plus grandes victoires du capitalisme démocratique d’être parvenu à ce que le « désir de travail » soit si parfaitement intériorisé, que ceux-là mêmes qui en subissent les souffrances – pire : ceux-là même qui sont conscients des afflictions que leur cause le travail – en deviennent les plus vaillants défenseurs.

J’ai commencé à répondre à cette objection en montrant, avec Dominique Méda, qu’on ne saurait revendiquer que le travail produit de l’autonomie alors qu’il est intrinsèquement hétéronome, principalement par sa fonction et sa caractéristique première, car le travail est avant tout économique. Il faut sans doute poursuivre cette réfutation et l’approfondir. Car, en présence d’un état d’esprit si profondément enraciné, il ne s’agit de rien de moins que d’en appeler à un changement de mentalité.

Et pour défaire un imaginaire si prégnant, il faut bien toute la puissance des concepts mis à disposition par la philosophie. J’ai déjà effleuré ce que le conatus et les affects, tels que définis dans la philosophie de Spinoza, pouvaient apporter à une réfutation en règle de l’objection considérant que si personne n’est obligé de travailler, nos besoins naturels ne pourraient être satisfaits. Dans une démonstration magistrale, Frédéric Lordon montre, en s’appuyant sur ces mêmes concepts, combien le « désir de travail » ne saurait être vu comme expression d’un « libre arbitre » – dont l’existence est d’ailleurs hautement discutable – mais plutôt comme le produit structurel du capitalisme démocratique. L’évolution du capitalisme – dont Lordon distingue trois phases : pré-fordien, fordiste et néo-libéral – aboutit clairement à cette construction de l’imaginaire faisant du « désir de travail » le vecteur privilégié de la réalisation de soi.

Outre ses talents clairvoyants d’économiste et de philosophe, la dextérité littéraire de Frédéric Lordon rend son propos largement accessible – et ce, malgré la rudesse des concepts et du raisonnement philosophique utilisés. Il est donc temps de s’effacer pour laisser place à de larges citations d’un article intitulé Pour un structuralisme des passions, paru dans la revue Tracés 3/2013 (n° HS-13), p. 49-72 (DOI : 10.4000/traces.5694) et qui est une version remaniée d’un chapitre de l’ouvrage La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Seuil, coll. « L’ordre philosophique », 2013, 284 p., ISBN : 978-2-02-111983-1.

La démonstration est longue, car elle nécessite d’expliciter les concepts employés et leur applicabilité aux sciences sociales, mais le raisonnement est limpide, pour peu qu’on soit attentif au chemin qu’il emprunte. Armons-nous donc de patience pour nous en délecter, le jeu en vaut la chandelle !

Lire la suite...