Le vent souffle dans le désert
Il est temps de gonfler les voiles
Pour s’envoler sur cette mer
Guidés par les seules étoiles

Les enfants nés de la tempête
En grains de sable éparpillés
Auront le don gracieux d’aimer
Appris au cours de galipettes

Le désert s’est tant étendu
Si longtemps que le temps oublie
Ce qu’a recouvert son corps dru
Les vies qu’il a ensevelies

Mais les amants qui caracolent
Sur ses rivages asséchés
Refont cogner les cœurs brisés
Qui battent dans leurs cabrioles

Lorsqu’ils s’essoufflent sous les draps
Ils déjouent la géométrie
Dont le désert tente ici-bas
De camoufler la moindre vie

Ils s’aiment sur des parallèles
Qui vont s’accoupler en un point
D’où se lèvent serrés leur poings
Perçant le son des ritournelles

Le sable vole en tourbillons
Le désert y perd son empire
Comme des dauphins dont le bond
Ouvre l’eau sur le ciel qu’ils mirent

On s’aime dans ces nuits câlines
Où naissent les révolutions
Qui fuient le temps dans l’abandon
Aux puissantes amours dolphines

Crédits

Texte, guitare, voix : Gibus
Dessin : Olivier "Corto" Coste